Gil Rigoulet


Mes jours / Polas positifs réalisés entre 2000 et 2003 / Gil Rigoulet

vit et travaille à Paris.

Parallax présente sa série « Mes jours »

Gil Rigoulet débute sa carrière dans la presse en 1975 et devient dès le début des années 80 le premier photographe attitré du journal Le Monde avec lequel il collabore pendant plus de 20 ans. En 1985, il réalise avec Henri Cartier-Bresson un supplément du Monde, Portrait d’un quotidien, pour les premières « portes ouvertes » du journal. 

En 1986, Robert Doisneau présente les photos de Gil dans un portfolio de la revue Photo-Magazine et Christian Caujolle l’invite à l’Exposition collective et au livre  « Vivre en maillot de bain » à la piscine Deligny, avec Joseph Koudelka, Marc Riboud, Claude Nori, William Klein.

Pendant trois décennies, il collabore avec de nombreux magazines de la presse nationale et internationale, comme Géo, Grands Reportages, Elle, Sunday Times, La Républica, la Stampa, El Pais etc…

A cette époque, ses travaux mettent un accent particulier sur l’intensité du regard, le désir d’avancer, de voir et de donner à voir. Pour lui, qui s’immisce dans la vie des autres, ses images sensibles prennent forme: des rockers aux mèches gominées, les baisers d’amour, les photographes en goguettes, le corps et l’eau…

En parallèle, il développe un travail d’auteur de Street Photography en Europe, Amérique du nord et Asie… En sillonnant les routes du monde, il réalise Paysage en mouvement, photographies faites à partir d’une voiture en déplacement, sur une période de 25 ans et exposées sous le titre Carnet de voyage pour Louis Vuitton au Bon Marché de Paris en 2004.

En 2011,« Le Monde 2 »publie un portfolio des photographies «Paysages en mouvement » de la série TGV exposée sur les grilles du Jardin du Luxembourg à Paris lors de l’exposition de la SNCF  «  Les Français vus du train ».

Entre 1990 et 2000, Gil Rigoulet développe un travail en Polaroïd 665, noir et blanc, il joue de la chimie, solarise les négatifs, fixe à peine les positifs, autour des légendes et croyances de certains arbres, rochers et paysages. Le Muséum d’Histoire Naturelle de Paris expose ses photos, ainsi que la Galerie Photo Verdeau à Paris en 2012,le Musée du Montparnasse en février 2013 et la galerie Caroline Tresca en 2014.

Les uniques photos noir & blanc de la piscine Molitor, que Gil a prises en 1985, sont exposées pour la première fois à la galerie Caroline Tresca en mai 2014. Elles habillent également de façon permanente les coursives de l’hôtel piscine Molitor. Le M du Monde publie ces photos pour l’article  «Bain de jouvence pour Molitor».

En 2015,Le livre d’artiste, Gil Rigoulet – Molitor 85, édité par les éditions The (M), est lancé à la librairie Artcurial.

En 2016 le livre Rockabilly 82 sort aux éditions André Frère, le Nouvel Obs, Grazzia, Vice, Libération, les Inroks, The Guardian et Spaces In Between publient un port-folio.

Les photos de l’Angleterre des années 70-80 sont montrées pour la première fois à la galerie, le 247 en juin 2016, Libé, Vice, l’Oeil de la photo, Global photo (Chine), Télérama etc … en parlent.

En 2017, deux livre-objets “Mes jours” et “Mes nuits” , séries intimistes, réalisées en Polaroid 665 aux editions The(M).

Une série d’images sur Molitor sont acquises par le journal le Monde et par la Bibliothèque historique de la ville de Paris.