UN ARTISTE

Denis Felix

PARALLAX PRÉSENTE SA SÉRIE << INTUS MEMORI >>

LES ARTISTES

Voir son expo

NOUS CONTACTER

art, photographie, platine palladium, exposition, art contemporain, Denis Felix

Sa démarche

 “Intus Memori”

Je me souviens le Brésil, une fillette aux longs cheveux, aux yeux si profonds, je me souviens une aberration sur le négatif, je me souviens la forêt de Venasque, je me souviens mon empreinte digitale sur la plaque de verre…

En savoir plus

Si Georges Pérec manipule le fragment littéraire, Denis Felix poursuit lui sa recherche du fragment lumineux.

Avec la série Intus Memori il campe à nouveau sa chambre photographique et soulève le voile mnésique : trente années de ses propres oeuvres revisitées à la lueur de son intuition, nourries par le flux de ses recherches actuelles et tirées sur un papier aquarelle selon le procédé platine-palladium.
La prise de vue à la chambre lui permet une approche intime avec le sujet avant de le capturer en un déclic unique pour ensuite offrir un rendu aux textures et au relief inégalés. Quant au tirage platine-palladium il apporte velouté et profondeur à l’image.

Le couvercle de la boîte de Pandore est soulevé : l’artiste revisite son vestiaire photographique, il découpe, égratigne un passé qui reposait paisiblement gravé sur plaques de verre, polaroids ou négatifs et l’assemble avec ses chantiers créatifs en cours. Il met au jour strates et tessons de ses mondes engloutis, empreintes fossiles, bribes de lumière, colonnades ou sarcophages, cénotes mémoriels.

Impossible désormais de croiser le regard de ses portraiturés. Pupilles sciemment entravées, ils conservent les yeux grands fermés.
Cette esthétique dé-visagée et fragmentée, la mise en abyme du dispositif dramaturgique des cadres dans le cadre tend vers une géométrie mystique.
Avide de croiser leur regard, le visiteur scrute les visages sertis et végétalisés, sidéré par la lumière qui en émane. Les regards otages entre leurs châsses ont la puissance hiératique et l’aura des vitraux médiévaux où se mêlent les règnes humain, animal et végétal au souffle divin.

La lumière traverse le vitrail et le regardeur s’engouffre dans la contemplation de l’image photographique, le voilà qui s’abîme dans les méandres et les lianes des mondes diffractés et multiples, il goûte l’infini des possibles, et interroge : qui es-tu, toi, derrière ce voile ? Le silence oculaire persistant l’invite à l’introspection, il se tourne alors vers l’intérieur où il perçoit les volutes de son âme et les sentes possibles à emprunter, et le questionnement glisse alors vers qui suis-je ?
Et il ressort du labyrinthe, fort de cette traversée initiatique de l’ombre vers la lumière, mû par la cosmogonie intime de Denis Felix.

Laure Vernhes pour Denis Felix, 2020

PORTFOLIO

Ses oeuvres

e – galerie

Découvrez une sélection des œuvres de nos artistes.

Acheter de l’art c’est acheter un morceau de cœur, une parcelle d’âme, une part de la vie de quelqu’un. C’est donner la motivation à un artiste de partager son talent, sa passion…

Sa bio

Denis Félix a un parcours atypique. Après cinq années de médecine, il se lance dans la photographie en 1985, à vingt-cinq ans. 

EN SAVOIR PLUS

Pour ses recherches personnelles depuis 1993, son propos est de mettre en lumière le temps de la tradition et du passé qui s’expriment sur les hommes, les spécificités du matériel choisi par Denis Félix, la chambre grand format, créent un lien particulier entre les sujets et le photographe. Il ne réalise qu’un seul et unique cliché par personne photographiée, avec la volonté de partager un instant ultime unique particulièrement intense.

En 1994, il part pour le Mali en pays Sénoufo, puis en 1995 à la frontière guinéenne en pays mandingue, à la rencontre d’hommes vivants dans la pure culture traditionnelle. Les spécificités du matériel choisi par Denis Félix, la chambre grand format, créent un lien particulier entre les sujets et le photographe. Le Maroc en 1995, l’ile Maurice et Saint Martin les années suivantes, permettront à Denis Félix de partir « à la quète d’une liberté dont le regard est dépositaire ». En 1998, Hermès lui commande une première exposition intitulée « Les plis de la vie », étude sur le lien qui existe entre les plis sur les écorces d’arbres et les visages. Puis viendra « Hermès dans les étoiles », voyage au cœur même des regards. Denis Félix toujours sensible aux histoires inscrites dans les plis des visages, des yeux, des mains, continue son voyage. C’est cette fois en Afrique du Sud puis au Guatémala qu’il capte en images ce monde traditionnel tant recherché. En Irlande, en 2002, puis l’Inde en 2004 à la rencontre de deux ethnies sensibles, les Dalits et les tribus forestières.

Les éditions Somogy lui consacreront une monographie éditée fin 2011 sur son travail      « Au fil de l’Homme », réflexion photographique sur la conscience de soi et des autres.

Entre 2010 et 2012, il élargit son champ de recherche et associe les lieux et les détails à la matière humaine. “Harmonies” se développe en Inde, en Afrique du Sud, en Indonésie, en Chine et au Brésil au sein de populations et d’ethnies rurales.

De la matière humaine, de l’être dans l’humain, Denis Félix glisse ensuite progressivement vers la matière des choses, la trace et l’empreinte du vivant.

Avec « Insiders » réalisée sur de magnifiques tirages platine- palladium, ce sont les corps, mains, pieds, cèpes de vignes, cornes d’élan, chambre photographique qui s’expriment en un jeu de reflets, de lumières, d’ombres et d’éblouissements. De ses clichés photographiques aux touches picturales surgissent des formes totémiques, anthropomorphiques qui fixent à jamais l’essence, l’esprit et la spiritualité des formes. Des sillons d’un visage, à celle d’une flaque, du tréfonds d’un regard aux puissances sensitives du monde, Denis Félix joue des lignes, des volumes, des reflets, des fractures, des traces en des dérives poétiques et expressionnistes. mémoire altérée. De cette mythologie personnelle dont le cadre serait hors du temps,

Suivre le cours des images de Denis Félix est une traversée dans les méandres d’un intime formel, physique et mental propre à retranscrire, l’énergie même du vivant. Distinguer ce qui les relie, c’est toucher du regard en un rêve éveillé, l’essence même de ce qui nous constitue et découvrir les madeleines de Proust d’un très grand plasticien.

SES EXPOS

Expositions personnelles:

2020- « Gaïa » . Espace Khaos, Nanterre

2018 -Essentia . Galerie Frédéric Got, Paris

2018 -Exposition Essentia. Carrousel du Louvre, Paris

2017- Chartreuse de Neuville, Neuville sous Montreuil

2014 – Exposition en extérieur “Au fil de l’Homme N° III” Très grands formats

“Le festival de la photo” Connaught place New Dehli, Inde

2013 – « Insiders » . Espace Chais Madeleine, Laglaye

2012 – Galerie Frédéric Got, Paris

2011 – “Au fil de l’Homme”. Edition du livre. Galerie Frédéric Got, Paris

2009 – Alstom Foundation, Paris

2006 – « Tribus forestières et Dalits”. Galerie Zen Factory, Paris

2004 – «  Azul » . Galerie Etats d’Art, Paris

2003 – Galerie Picto Montparnasse, Paris

2002 – Exposition de commande L’équipe EDF, Stade de France, Paris

2002 – « The Thread of Life » . Aula Maxima, Festival international d’art de Galway

2000 – « Regards N° III »  Alliance française de Toronto et d’Ottawa, Canada

1999 – Exposition monographique commandée par Hermès. “Dans les étoiles » ,Ateliers Hermès, Paris

1998 – Exposition monographique commandée par Hermès. “Les plis de la vie », Ateliers Hermès, Paris

1998 – Exposition monographique commandée par le Musée national des arts et traditions populaires, “Sur la route du cirque”, Paris

1997 –  « Regards » . Galerie Picto IFAS, Capetown, Afrique du Sud

1997 – Exposition monographique JIP 1997. “Regards : artisans et paysans”

Maison de l’artisanat et des métiers d’art, Marseille

1996 – « Regards ». Chambre de commerce et d’industrie, Paris

1996 – « Regards » . Vue d’ailleurs, Paris Photo Off, Paris

1995 – « Koulariyi » Espace Daylight, Paris

1994-  « Watiali Bancoro » Espace Daylight, Paris

Expositions Collectives:

2014 Exposition collective avec Steve Mc Curry. “Au fil de l’Homme N° III”

Galerie Frederic Got, Paris