UN ARTISTE

Thibaut Derien

“LE MONDE D’ANGÈLE  “

LES ARTISTES

VOIR SON EXPO

NOUS CONTACTER

Thibaut Derien

Sa démarche

Le monde d’Angèle

Angèle est petite. Angèle est une enfant. Elle est plantée là, en plein dans chaque image.
Le long du fleuve Saint-Laurent ou d’une avenue de Brooklyn, sur un ponton du lac Majeur ou dans le port de Stockholm, Angèle est toujours seule. Mais elle ne craint rien. Angèle a l’assurance fragile des enfants aimés. Les images défilent comme un voyage et l’on s’attache à cette frimousse qui nous engage à regarder ce nouveau monde qui l’entoure…

En savoir plus

La majesté des buildings, les grands espaces, mais aussi la surabondance des rayons d’un supermarché ou la cohue des casiers d’une piscine. Le temps passe, les décors changent. Seul persiste ce regard fixe. À quoi pense-t-elle ?

Angèle n’est qu’une petite fille dans un monde de grands, un monde trop grand qui semble l’envelopper de son immensité. Elle s’agrippe à des mannequins de cire à sa taille, se cache derrière une barbe à papa, s’envole, propulsée dans les airs par une balançoire. Sait-elle seulement qu’elle va grandir ?
C’est peut-être ce que se demande Thibaut Derien qui photographie sa fille depuis plusieurs années au hasard de voyages en famille, ému par ce nouveau monde, celui de père, comme pour mieux retenir l’enfance, ce temps qui ne s’enfuit pas encore tout à fait, mais qui ne saurait tarder.

 

PORTFOLIO

Ses oeuvres

e – galerie

Découvrez une sélection des œuvres de nos artistes.

Acheter de l’art c’est acheter un morceau de cœur, une parcelle d’âme, une part de la vie de quelqu’un. C’est donner la motivation à un artiste de partager son talent, sa passion…

Sa bio

Thibaut Derien nait en 1974 en Bretagne mais grandit en normandie. Premier dilemne. Doit-on verser du chouchen ou du calva dans son biberon? 
Lycéen, il travaille le samedi après-midi dans la boutique du photographe local qui lui offre son premier appareil photo, un Nikkormat armé d’un 50mm qui ouvrait à 1.2, objectif qu’aujourd’hui il regrette encore. 

EN SAVOIR PLUS

Le bac en poche, il entre comme stagiaire dans un studio de photographie industrielle à Caen, dont la principale activité est la prise de vue pour les revues publicitaires de supermarché. Quelques mois où il apprend surtout à passer le balai et faire la vaisselle. 
Le voilà ensuite à Cannes à tirer des portraits. La journée les enfants sur la plage, le soir les couples au restaurant, la nuit la jet set en discothèque. Fin de l’été, fin du job, le colocataire se barre avec ses affaires. 
Thibaut est décidé à devenir photographe et monte à Paris. Répondant à une annonce pour être assistant dans un studio de photo de mode, il est employé dans une caravane au pied de la tour Eiffel pour photographier à la chambre les touristes en costume d’époque. Il tient une semaine et enchaîne les petits boulots, de remplisseur de mini-bar à l’hôtel Concorde Lafayette à distributeur de prospectus pour le club de gym de Véronique et Davina, entre autres. Et vient sa première série photo. Une tête de poupée gonflable trouvée au jardin du Luxembourg qu’il promène dans Paris. Il réalise lui-même des tirages sur du papier carte postale et s’installe un beau matin place du Tertre à Montmartre pour les vendre aux touristes. Il a le temps d’en vendre un à une américaine avant que la police, qui semble beaucoup apprécier son travail, ne saisisse son stock. A part ça, il publie sans conviction “Dans la nuit de dimanche à dimanche”, recueil de textes écrits chaque dimanche soir pendant un an, mais il préfère ne pas en parler.
Peut-être parce qu’il se souvient qu’il n’a toujours pas choisi entre le chouchen et le calva, il retourne à la source et devient, à son époque, le plus jeune patron de bar de France. Pour que de la pomme, y’en ait, mais pas que. D’un vieux bistrot d’un petit village normand, il fait un café-concert. Sur la petite scène du “Temps des assassins”, on peut voir des artistes comme M ou La grande Sophie. C’est en empruntant les routes pour coller les affiches annonçant les prochains spectacles qu’il réalise une nouvelle série photo sur les animaux écrasés. Il cherche à tuer l’ennui dans ce bistrot plein le week-end mais déserté la semaine. Il lui revient aux oreilles que Luc Besson, qui vient de s’installer dans le coin, cherche un jeune qui connait bien la région pour préparer son film “Jeanne d’Arc”. Il convainc le régisseur et ce petit boulot qui devait durer seulement quelques semaines en normandie l’emmène jusqu’en République Tchèque puis le ramène à Paris où il travaille pendant trois ans sur différents tournages. Il passe de temps en temps de l’autre côté pour faire de la figuration. Le disque dur de la mémoire se remplit tranquillement. Un jour il devient une star du petit écran aux yeux de son épicier après être apparu quelques secondes dans un film de fiction. Il prend du recul.

SES EXPOS

2021

Festival Confrontations Photo /Gex

Les Rencontres photographiques D’Arlon /Belgique
Galerie Parallax /Aix en Provence

2020

Chapelle Sainte-Anne /Saint-Pair sur mer)
Hotel du département /Alençon

Rendez-vous Image /Strasbourg

2019

Les rencontres de la photo /Chabeuil

La Bonne Dame /Champigny sur Veude

2018

Galerie Maupetit /Marseille)

Little Big Galerie /Arles

Foire internationale de la photo /Bièvres

L’Escabeau Volant /Clermont-Ferrand

Vidi Vixi /Paris

2017

Vidi Vixi /Paris

2016

Little Big Galerie

2015

Galerie BCD / Bruxelles

Galerie du Curé / Luxembourg

Galerie La Boucherie / Saint-Briac

2014

Fotofever/ Little Big Galerie, Carrousel du Louvre / Paris

Nuit des Images, Musée de L’Elysée / Lausanne

Little Big Galerie / Paris

2013

Festival Phot’Aix / Aix-en-Provence

Lauréat SFR Jeunes Talents / Paris, Paris Photo / Grand Palais

La Remise / Zurich

L’Alliance Française / Paris

Sélection 4A8 / Aix-en-Provence

2012

Galerie de l’Art ou du Cochon / Bernay

Sélection L’Image Publique / Rennes

Galerie L’Area / Nice

Sélection Les Boutographies et prix du public

Montpellier

2009

Photo Gallery / Bruxelles

2008

Sélection festival Manifesto / Toulouse